Antsanitia Resorts

L’équipe

Directeur

Didier

Quel est votre parcours et comment êtes vous venu à prendre la direction de l’hôtel Antsanitia ?

Après des études hôtelière, j’ai eu la chance d’avoir un premier poste en tant que directeur de l’agence de voyage air Grèce à Paris. Puis la direction d’un établissement Le Manoir de La Canche près du Touquet appartenant au groupe AG2R. Pour le même groupe 4 ans plus tard, j’ai été nommé directeur du Domaine de Mousquety à L’Isle sur la Sorgue en Provence pendant 4 ans. Puis directeur d’exploitation de 3 hôtels en Guadeloupe sur Pointe de la Verdure à Gosier. À nouveau 3 ans plus tard, j’ai saisi l’opportunité de deux missions en métropole, l’ouverture de l’hôtel Le Bailli de Suffren 4*, dans le golf de St Tropez et de son restaurant étoilé. Ainsi qu’une mission proposée par Philippe Bourguignon, l’ex PDG du Club Méditerranée à la direction du club D’opio à Grasse pour développer le secteur séminaire.

Avec Sylvie, nous avons pris la direction du Château de Varenne, un hôtel de charme en Provence pour en faire un hôtel 4 étoiles. Suite à cela, au bout de 15 ans, le château étant redevenu demeure familiale, nous sommes parti prendre en charge l’ouverture de l’hôtel Moorea Beach Lodge en Polynésie. La lassitude de la Polynésie nous a mené a changé d’optique, avec une volonté de retourner vers l’Afrique en souvenir de notre mariage au Sénégal, c’est là que nous avons eu l’opportunité de reprendre l’écolodge Antsanitia Resorts intégré dans un village, avec la possibilité de participer à la communauté locale. Nous ne recherchions pas uniquement des rapports hôteliers-clients, mais aussi des rapports avec la population aux alentours.

Quel est votre rapport à l’éco tourisme ?

Mon rapport à l’écotourisme existait déjà depuis longtemps, car nous avons eu la chance lors de l’expérience au Château de Varenne qui n’était ouvert que 7 mois de l’année, de pouvoir vivre le reste de l’année en république dominicaine où nous avions créer Swa Mae, fondation, pour le soutien du village et la création d’une école de musique dans le village dans de Rio San Juan. Ainsi que l’aide à l’entretien du parc national Playa El Bretón, c’était donc dans la continuité d’une véritable volonté.

Quel est votre lien avec Madagascar ?

Un beau hasard, qui se rapprochait de notre volonté de retourner sur le continent Africain, nous avons donc répondu à l’annonce d’Edgar Valero pour le reprise de l’établissement Antsanitia Resort.

Quels sont les grands chantiers que vous souhaitez mener à Antsanitia Resorts ?

  • La volonté de rénover l’hôtel et en faire un 4 étoiles, et continuer de part l’hôtel à préserver et aider les communautés environnantes ;
  • L’ouverture de l’école maternelle et du collège, et essayer de développer non seulement une reforestation, mais aussi développer la plantation d’arbres capables d’apporter un revenu aux locaux grâce aux arbres fruitiers ;
  • L’apport en eau et électricité dans le village tout en essayant de préserver l’authenticité de village.

Quelle maxime guide votre vie professionnelle ?

Ne plus voyager sur un chemin, sans être soi même le chemin.

Quelles sont vos passions en dehors de l’hôtellerie ?

La peinture, j’ai intégré un atelier de peinture pendant 10 ans, certains tableaux sont d’ailleurs présents dans l’hôtel. Et l’apprentissage au bouddhisme, suite à un trekking dans les années 90 à la recherche de l’origine même du Bouddhisme au Népal.

Didier Hascoet
Assistante de direction

Sylvie

Quel est votre parcours avant Antsanitia Resorts?

J’ai eu un parcours dans l’hôtellerie dans les Antilles et le sud de la France, puis au château de Varenne près d’Avignon avec Didier.

Quel est votre rapport à l’éco tourisme ?

Je souhaite préserver l’environnement et enseigner les bonnes pratiques à nos clients et aux villageois d’Antsanitia.

Quel est votre lien avec Madagascar ?

Le rapport humain et la participation à des actions humanitaires et utiles aux communautés aux alentours. Nous nous sentons utiles, nous soutenons l’évolution. Nous sommes sensibles aux conditions de vies, à la culture malgache et aux paysages.

Quels sont les grands chantiers que vous souhaitez mener à Antsanitia Resorts et pour Amada ?

  • La préservations des tortues terrestres et des lémuriens ;
  • L’enseignement de la langue française à l’école ;
  • Améliorer les conditions de vie des communautés au travers de l’éducation, de la santé et de l’alimentation ;
  • Maintenir un service 4* et une décoration exemplaires en dénichant des pépites chez les artisans locaux.

Quelle maxime guide votre vie professionnelle ?

Ma maxime serait : Apprendre, découvrir et aider. L’ouverture aux autres aussi bien personnellement que professionnellement.

Quelles sont vos passions en dehors de l’hôtellerie ?

Le sport, l’art, les voyages, la décoration, le bien-être.

Sylvie

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.

Accepter En savoir plus